Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Jean-sébastien Bach

mardi 30 août 2016


Classiquenews.com - Articles

Hier

Livres, annonce. François Couperin (Actes Sud)

Classiquenews.com - Articles Livres, annonce. François Couperin (Actes Sud). En prévision de l’année 2018, Actes Sud publie une nouvelle biographie d’un auteur inspiré par la fusion des styles – français et italiens : soit François Couperin (1668-1733) dont 2018 marquera donc le 350ème anniversaire. On reste médusé par l’enivrement sonore, hypnotique et intérieur des fameuses Barricades mystérieuse… un sommet de grâce poétique écrit pour le clavecin. Le chef et claveciniste Christophe Rousset reprend donc la plume (après un Rameau chez le même éditeur — paru en 2007), et s’appuyant sur sa connaissance musicale comme interprète, délivre son propre portrait de Couperin le Grand : « ensorcelant révélateur », dont la carrière à cheval entre deux règnes, celui long et solennel de Louis XIV, celui court et jouisseur du Régent, confirme un tempérament synthétique d’une profondeur inédite. Notre « Bach français » a la puissance inventive de son contemporain de Leipzig ; il a aussi l’élégance et la poésie humaniste du Saxon résidant à Londres : Handel. Mais il ajoute les vertus et qualités de son génie personnel : un raffinement intime unique à son époque. Un sens de la couleur instrumentale qui annonce les grands coloristes modernes jusqu’à Berlioz, Debussy, Ravel… Une écriture qui parlant au cœur, berce l’âme et excite l’esprit. Prochaine critique du livre François Couperin édité par Actes Sud, dans le mag cd dvd livres de classiquenews , d’ici le 30 septembre 2016. LIVRES : François Couperin (Actes Sud). Parution : Septembre, 2016 / 10,0 x 19,0 / 224 pages — ISBN 978-2-330-06585-0 — Prix indicatif : 18 €

Classiquenews.com - Articles

Hier

Compte-rendu, concert. Tannay, Tente du Festival. Les 25 et 26 août 2016. JS BACH, F. MARTIN, R. STRAUSS, SCHUMANN… R. Capuçon, E. Revaz

Compte-rendu, concert. Tannay, Tente du Festival. Les 25 et 26 août 2016. JS BACH, F. MARTIN, R. STRAUSS, SCHUMANN… R. Capuçon, E. Revaz. Depuis 2010, la petite ville de Tannay – située au bord du Lac Léman, à quelques encablures de Genève – propose un festival de musique classique à la fin août sous une tente qui offre une acoustique très satisfaisante. Certes moins connu que les prestigieux festivals de Lucerne, Montreux ou Gstaad, celui de Tannay vaut d’abord pour sa convivialité… et n’en invite pas moins des artistes de renommée internationale (cette année Vadim Repin, Andreï Korobeïnikov ou Renaud Capuçon), tout en mettant en avant la jeune génération (Edgar Moreau, Estelle Revaz ou Romain Leleu). Le Festival de Tannay acquiert ainsi peu à peu sa place dans le paysage musical suisse durant la période estivale. Deux (belles) soirées aux Variations Musicales de Tannay La première soirée à laquelle nous avons pu assister accueillait un invité régulier de Serge Schmidt (directeur-fondateur du festival et maire de la ville), le célèbre violoniste français Renaud Capuçon,placé à la tête de l’Orchestre de Chambre de Bâle. Le concert débute par une des pièces incontournables du corpus violonistique de Bach, le Concerto BWV 1041, dans lequel Capuçon fait valoir son jeu époustouflant et un phrasé fluide et subtil, tandis que se dégage de la formation suisse allemande une agréable fraîcheur, chaque instrumentiste jouant avec ferveur, énergie et engagement, sans jamais tomber dans l’excès. Le morceau qui suit sort résolument des sentiers battus (une autre des caractéristiques du festival) : le « Polyptique » pour violon et orchestre du compositeur suisse Frank Martin. Ecrite à l’intention et dédiée à Yehudi Menuhin, la partition fut créée par l’Orchestre de Chambre de Zürich en 1973, et s’inspire de la Passion du Christ… et de son propre Oratorio « Golgotha », composé en 1948. De moindre ampleur que l’ouvrage précité, le Polyptique n’en atteint pas moins la même intensité de pensée et d’émotion, à travers six images sonores d’un dramatisme bouleversant. Capuçon gratifie l’auditoire d’une interprétation en tout point digne de son illustre confrère et prédécesseur, et l’on aimerait que tout violoniste digne de ce nom manifeste autant d’éclectisme dans le choix des œuvres inscrites à son répertoire. Après l’entracte – où le public a loisir de se promener dans l’immense parc du château possédant des cèdres centenaires et jouissant d’une vue saisissante sur le lac et les Alpes françaises -, Richard Strauss est à l’honneur au travers de ses bouleversantes « Métamorphoses » pour 23 cordes. Composée en 1945, au lendemain de la guerre, et au soir de sa vie, l’œuvre raconte l’éclatement intérieur de celui qui n’était que musique, et dont la folie des hommes a détruit un à un les lieux où il avait connu une rare succession de triomphes : Berlin, Dresde, Vienne, Munich… Cet ultime chef-d’œuvre, d’une épure totale, est une lente confession faussement paisible que Capuçon et ses musiciens délivrent dans tout son déchirement et sa nostalgie. Le long silence qui suit est le meilleur des hommages que l’auditoire pouvait offrir tant à la partition qu’à ses défenseurs ce soir… Le lendemain, le festival invitait une enfant du pays, la violoncelliste suisse Estelle Revaz (27 ans). Après avoir fréquenté les conservatoires de Sion (sa ville natale), le CNSM de Paris et la Musikhochschule de Cologne, elle a gagné de nombreux prix internationaux, dont le « Prix Rotary » l’an passé au festival de Verbier. Pour l’accompagner, l’Orchestre du Festival de Tannay, composé de membres de l’Orchestre de la Suisse Romande, dont le contrebassiste solo Jonathan Haskell tient ce soir la baguette. Après avoir chauffé sa phalange avec l’Ouverture Egmont de Beethoven, interprétée avec une belle intensité dramatique, Estelle Revaz s”attaque aussitôt au Concerto pour violoncelle de Schumann. Composé alors que le musicien était victime d’hallucinations auditives, l’ouvrage ne fait aucune concession à la virtuosité, sans en être pour autant moins poignante. Ce qui séduit d’emblée chez cette jeune soliste, c’est sa grande capacité à se détacher de l’orchestre… malgré sa flagrante complicité avec le violoncelle solo de l’orchestre. D’une justesse quasi exemplaire, son jeu s’avère très proche du chant et, comme lui, est rythmé par les respirations de l’artiste. Après une première salve d’applaudissements, elle se jette dans la page la plus connue du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns : le Cygne. Revaz joue cette pièce avec un grand engagement artistique et une perception musicale particulièrement émouvante. Quel phrasé superbe ! La musicienne habite son archet avec une magnifique intensité, et elle récolte à nouveau de nombreux vivats. Après s’être remis de ses émotions dans la fraîcheur de la nuit tombante, le public est convié à entendre la Deuxième Symphonie de Beethoven, la plus optimiste du compositeur allemand. Haskell et l’Orchestre du Festival l’abordent avec joie et vitalité dans un premier mouvement à l’allure un peu martelée, mais à l’énergie communicative. Le larghetto est une belle illustration d’un Beethoven volontaire, qui avance droit et sans traîner, mais qui sait respirer et chanter avec un lyrisme apaisé. Joie de jouer ensemble, cela s’entend, dans les deux derniers mouvements : espiègle et enjoué dans le scherzo puis virtuose et fougueux dans un finale savoureux et puissant. Les festivals qui allie à un tel degré qualité artistique et convivialité ne sont pas légion, et Tannay est de ceux- là !




Classiquenews.com - Articles

28 août

CD événement, annonce. HOMAGES : Benjamin Grosvenor, piano (1 cd Decca, à paraître le 9 septembre 2016)

CD événement, annonce. HOMAGES : Benjamin Grosvenor, piano (1 cd Decca, à paraître le 9 septembre 2016). Les Liszt et Franck sublimés du pianiste Benjamin Grosvenor. Benjamin Grosvenor, parmi la jeune colonie de pianistes élus par Deutsche Grammophon et Decca (Daniil Trifonov, Alice Sara Ott, Yuja Wang… sans omettre les plus fugaces ou plus récents : Elizabeth Joy-Roe , ambassadrice de rêve pour Field chez Decca, ou surtout Seong Jin Cho, dernier lauréat du Concours Chopin de Varsovie 2015…), fait figure à part, d’emblée, d’une somptueuse maturité interprétative qui illumine de l’intérieur ses Liszt et ses Franck. Le pianiste est né dans le comté d’Essex en 1992. Decca annonce son nouvel album intitulé « HOMAGES », chapelet de compositeurs aussi virtuoses que profonds, constituant – emblème des réflexions artistiques exigeantes, un programme magnifiquement conçu, entre éclats et murmures, démonstration échevelée et surgissements de la psyché. De fait dans le cas des Liszt qu’il a choisis : Venezia e Napoli, S 162 (Années de pèlerinage II : Italie, 1839-1840), comme dans celui des non moins sublimes César Franck, magicien harmoniste, narrateur des mondes poétiques (trilogie synthétique et orchestrale de Prélude, Choral et fugue FWV 21, sommet esthétique de 1884), le jeune pianiste britannique affirme une sensibilité tissée dans la pudeur et l’intériorité ; un aperçu de son immense talent qui ne s’autorise aucun effet, mais recherche essentiellement la plénitude et l’allusion. Un poète du clavier en somme infiniment doué et certainement l’un des interprètes les plus passionnants à suivre aujourd’hui. Pour tous ses récitals discographiques, le pianiste sait construire un programme, agencer, combiner, associer … pour un périple musical d’une très grande force poétique. HOMAGES est le déjà 4ème recueil réalisé par Benjamin Grosvenor chez Decca : après ses programmes / récitals : Chopin / Liszt / Ravel en 2011 , date de sa signature avec le label d’Universal ; “RHAPSODIE”, Saint-Saëns, Ravel, Gershwin en 2012 ; « Dances » enregistré en 2013 / CLIC de CLASSIQUENEWS d’août 2014… ). Programme enchanteur : prochaine grande critique et compte rendu complet de l’album 1cd Decca de Benjamin Grosvenor, « HOMAGES » (JS Bach arrangé par Ferruccio Busoni, Mendelssohn, César Franck, Franz Liszt, Maurice Ravel), à venir dans le mag cd dvd livres de CLASSIQUENEWS , à la date de parution annoncée par Decca, soit le 9 septembre 2016. CLIC de CLASSIQUENEWS de la rentrée 2016.



Les blogs Qobuz

26 août

Le blog de l’été (8) – Ce jour-là : 2 juin 1950

Pablo Casals (1876-1973), la conscience des musiciens catalans (Ph. Hélène Jannbreau) Ce jour-là, « le village avait changé d’aspect ; les rues s’ornaient de drapeaux, de banderoles et d’affiches, et le pavillon catalan flottait un peu partout. » Ce jour-là, Pablo Casals avait accepté de briser, le temps d’un concert, un silence volontaire. Ce jour-là, l’illustre violoncelliste attaqua le Prélude de la Suite en sol majeur de Bach, Bach mort deux siècles auparavant. 2 juin 1950 : des centaines de mélomanes venus du monde entier se retrouvent dans l’église Saint Pierre de Prades, en ignorant qu’ils vont assister à la naissance d’un festival qui illumine, depuis soixante-six ans, la vie d’une petite cité, blottie au pied du Canigou. Un vieux berger « Souvent, dira le Maître, je me suis demandé comment il était possible qu’une si petite ville accueille une telle foule. On me raconte même que des gens étaient venus de Chine pour assister au Festival ! » Et, en ce 2 juin 1950, un bataillon de catalans avait passé clandestinement la frontière – « des musiciens, des professeurs, des ouvriers, un évêque. » Un vieux berger aussi : « … mes moutons m’ont accompagné à travers la montagne… » La basilique Saint Michel de Cuxa, haut lieu du Festival Le violoniste Alexandre Schneider, l’homme de la première heure… (DR) Le violoniste Alexandre (dit Sacha) Schneider, membre éminent du Quatuor de Budapest, qui avait su entraîner Casals, largement septuagénaire, dans l’aventure, écrivait, quelques jours auparavant : « Nous sommes en train de travailler à un festival Bach, très simple et très charmant, sous la direction de Pablo Casals. Nous ne sommes pas en possession de trois ou quatre cent mille dollars. Je ne crois pas que Pablo Casals ait besoin de propagande. Il ne brise pas de baguette. Il ne nous crie jamais au visage, même quand nous faisons des fautes car nous sommes tous des hommes […] Je ne puis exprimer le regret que j’éprouve pour tous les musiciens du monde qui ne pourront assister à ces inoubliables heures de répétitions »… Mémorables concerts À huit heures et demie, la place du village est noire de monde. À neuf heures, il ne reste plus une place libre dans l’église, et l’on prévient le public que les applaudissements ne sont pas autorisés. Mgr Pinson, évêque de Saint Flour, souhaite la bienvenue, les lumières s’éteignent, la clochette de l’enfant de chœur retentit ; « cette fois, c’est lui, le Maître. Il s’avance, seul. Il s’incline pour saluer. L’auditoire se lève – respectueusement, religieusement. Casals s’assied, accorde l’instrument… Son bras droit levé, il ferme les yeux et penche la tête. Tout à coup, l’archet attaque les cordes. Parmi les auditeurs du premier concert du premier festival, lequel a oublié ce moment unique ? » Treize mémorables concerts se succèderont, cette année-là, à Prades, avec Rudolf Serkin, Joseph Szigeti, Isaac Stern, Clara Haskil, Eugene Istomin et Mieczyslaw Horszowski, le doyen. Isaac Stern (1924-2001) sera parmi les artistes invités du premier festival – © Radio France / Ph. Roger Picard Interdit aux patrons ! Pour Pablo Casals, ce n’était qu’une étape dans le grand combat qu’il menait pour la paix, la liberté, la démocratie, la musique, l’amour de la Catalogne. Un combat qu’il avait entrepris en 1920, date de la création de l’Orquestra Pau Casals à Barcelone, et poursuivi, six ans plus tard, avec la fondation de l’Association ouvrière de concerts, « ouverte à tous les ouvriers gagnant moins de cinq cents pesetas par mois, interdite aux patrons et professions libérales » ! Enfin, confidence majeure, « si 1931 reste pour moi l’année de la mort de ma mère, c’est aussi l’année d’une naissance ; en effet, c’est ce printemps-là que la République espagnole vit le jour. » Casals, plus que tout autre musicien, était concerné ; c’est lui, naturellement, qui, à la tête de son orchestre, dirigea la Neuvième Symphonie de Beethoven devant sept mille personnes rassemblées au Palais de Montjuich, le jour de l’installation du nouveau gouvernement ; et c’est à lui que s’adressa alors Francesc Maciá, le président du gouvernement catalan en déclarant qu’avec « le puissant chœur sur lequel se termine la Neuvième, la République prenait son essor sous le signe de la Fraternité »… Plus tard : « Pour moi, cet instant signifiait la réalisation d’un rêve, le rêve qu’avaient poursuivi mes compatriotes durant des années de lutte et de souffrance […] C’était un instant de triomphe pour le peuple espagnol, mais aussi pour la population du monde entier. Hélas ! Qui aurait pu prévoir alors que ce triomphe allait se terminer par une terrible tragédie ? » Mon pays bien-aimé Casals, en effet, fut un héros (« dans certaines villes, on donnait mon nom à des rues… Barcelone me déclara son fils adoptif et Madrid me fit citoyen d’honneur ») et travailla dans le bonheur, jusqu’à « l’irruption » de l’été 1936. 18 juillet, le soulèvement de l’Armée du Maroc : « Jamais je n’oublierai cette date. La révolte était l’œuvre de généraux fascistes qui cherchaient à organiser une insurrection nationale en Espagne et à renverser le gouvernement de la république […] Toute forme de guerre est terrible, mais la guerre civile est la plus ignoble de toutes. Elle oppose le voisin au voisin, le frère au frère, le fils à son père. C’est là la nature de la guerre qui, pendant deux ans et demi, allait ravager mon pays bien-aimé et transformer la vie de tous les Espagnols en un cauchemar ininterrompu. Aucune mesure ne peut faire le compte des souffrances qu’endurèrent mes frères de sang »… Hitler et Franco à Hendaye le 23 octobre 1940 – Les dictateurs honnis par Pablo Casals. (DR) Casals est entré en résistance. Il constatera avec indignation la frilosité des Occidentaux –« l’histoire dira sûrement que le peuple espagnol a été le premier à prendre les armes contre Hitler. » En 1939, « écrasé par le désastre », il fera partie de ce demi-million de réfugiés qui franchiront les Pyrénées. « On aurait pu espérer que la France leur réserverait un accueil plein de respect et de compassion. Ce ne fut, hélas, pas le cas. » Un vieil ami de Barcelone lui parle d’un village en Catalogne française, « tout près des camps où se sont réfugiés tes compatriotes. Tu sais qu’ils ont besoin, terriblement besoin qu’on les aide ». Prades ! « Prades, qui aurait pu être « un village catalan de mon enfance. Je ne pouvais imaginer que je resterais dix-sept ans dans cette petite ville des Pyrénées. » Martha, l’épouse de Pablo Casals puis d’Eugene Istomin. Une grande dame de la musique (DR) Au nom de Bach Nouvelle épreuve en 1945, lorsque le Maître comprendra que la diplomatie primant sur les principes moraux, les Alliés, victorieux, allaient épargner Franco. Deuxième exil, excluant toute manifestation musicale publique. Cinq ans plus tard, il faudra toute la persuasion de l’ami Sacha Schneider pour que Casals reprenne, au nom de Bach et l’espace de quelques soirées, une vie publique : « Vous ne pouvez condamner votre art au silence. Si vous refusez de jouer en public dans les autres pays, permettriez-vous que nous venions ici et que nous donnions des concerts avec vous ? »… Ils sont venus et, pour Prades, le grand indigné s’est incliné. C’est en 1966, dans la basilique Saint Michel de Cuxa, que Casals, alors installé à Porto-Rico avec sa « bien aimée Martita », sa très jeune épouse, participera une dernière fois au Festival de Prades, à quelques mois de son quatre-vingt dixième anniversaire. Il succombera à une attaque cardiaque, le 22 octobre 1973, deux ans avant la mort du sinistre Franco. (Diapason – Chronique de décembre 2013) Pour combler votre curiosité J. Ma. Corredor : Conversations avec Pablo Casals (Albin Michel) Pablo Casals : Ma vie racontée à Albert E. Kahn (Stock Musique) Jean-Jacques Bedu : Pablo Casals – Un musicien, une conscience (Gallimard) Retrouvez la chronique de Claude Samuel dans le magazine Diapason de septembre 2016 : « Ce jour-là, 14 décembre 1784 : Mozart entre dans la franc-maçonnerie »

La lettre du musicien (Comptes rendus)

25 août

Une Passion de larmes et de sang à Vézelay

La Passion selon saint Jean de Bach concluait les Rencontres musicales de Vézelay, dans une basilique Sainte-Marie-Madeleine comble pour l'occasion. Le chœur Aedes était accompagné par les musiciens de l'ensemble Les Surprises, sous la direction ciselée de Mathieu Romano. D'abord tendu et quelque peu fouillis, le chœur d'ouverture prend vite ses aises, tant vocales qu'instrumentales: le contrepoint est maîtrisé, l'architecture se précise et le fameux «Herr, unser Herrscher» est bientôt clamée avec une saisissante majesté. Il y a du sang, des larmes et de la fièvre dans cette Passion, dont les musiciens s'appliquent à faire ressortir les éclats de fureur et les ondulations sensuelles. Voilà une interprétation qui confère un parfum d'opéra à un opus ô combien dramatique. Les scènes de foule sont incarnées par un chœur à l'unité de timbre remarquable – les coloris sont fondus et la riche palette de nuances est au service de la narration. Les choristes incarnent tantôt la tendre ferveur des croyants, tantôt l'ire du peuple versatile et cruel, prompt mener le Christ à la croix. Les tempi, plus rapides que de coutume, n'empêchent pas les solistes de déployer leurs qualités vocales: vibrato sobre et digne de l'alto Margot Oitzinger dans le terrible «Es ist vollbracht», interprétation presque charnelle du tendre «Zefliesse, mein Herze» de la soprano Redmond et la prestation poignante de la basse Victor Sicard, remarquable de précision et de rondeur vocale dans l'air du Golgotha. Côté orchestre, les belles interventions des flûtes et des hautbois font mouche, soutenues par le continuo solide de Louis-Noël Bestion de Camboulas, directeur musical de l'ensemble. Le choix d'un instrumentarium d'époque n'empêche pas une projection du son nette et fluide. Le choral final, chanté par le chœur et les instrumentistes, achève de restituer une Passion vivante et incarnée. (20 août)

Jean-sébastien Bach
(1685 – 1750)

Johann Sebastian Bach (21 mars 1685 - 28 juillet 1750), en français Jean-Sébastien Bach, est un compositeur, organiste, claveciniste, violoniste et altiste allemand. Johann Sebastian Bach est considéré comme le plus grand compositeur du style baroque et comme l'un des plus importants de tous les temps. Compositeur de l'époque baroque dont il symbolise l'apogée, son influence est majeure et durable dans le développement de la musique occidentale. De grands compositeurs, tels que Mozart, Beethoven, Berlioz, Brahms, Wagner, etc., reconnaissent en lui un maître insurpassable. C'est un musicien complet qui maîtrise la facture des instruments, la technique instrumentale, la composition, l'improvisation, la pédagogie, et la gestion d'une institution musicale. Localement connu de son vivant comme organiste et improvisateur, sa musique est rapidement oubliée après son décès, car passée de mode. À de rares exceptions près, son œuvre est manuscrite et non publiée. Dispersée et en partie perdue, elle est redécouverte au xixe siècle et étudiée par les romantiques.



[+] Toute l'actualité (Jean-sébastien Bach)
30 août
Classiquenews.com...
30 août
Classiquenews.com...
28 août
Classiquenews.com...
27 août
Resmusica.com
26 août
Les blogs Qobuz
25 août
La lettre du musi...
22 août
La lettre du musi...
21 août
Musique classique...
20 août
Resmusica.com
19 août
Resmusica.com
18 août
Classiquenews.com...
18 août
Classiquenews.com...
15 août
Classiquenews.com...
14 août
Classiquenews.com...
13 août
Musique classique...
12 août
Classiquenews.com...
12 août
Classiquenews.com...
8 août
Classiquenews.com...
7 août
Resmusica.com
7 août
MusicaBohemica

Jean-sébastien Bach




Bach sur le net...



Jean-sébastien Bach »

Grands compositeurs de musique classique

Cantates Concerto Brandebourgeois Clavier Bien Tempéré Variations Goldberg Messes

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...