Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Jean-sébastien Bach

jeudi 21 septembre 2017


Classiquenews.com - Articles

18 septembre

Compte-rendu, concours. Besançon, 55ème Concours international de jeunes chefs d’orchestre, finale, le 16 septembre 2017, 16h, Théâtre Ledoux.

Classiquenews.com - Articles Compte rendu, concours, Besançon, 55ème Concours international de jeunes chefs d’orchestre, finale, le 16 septembre 2017, 16h, Théâtre Ledoux. Des 270 candidats auditionnés, aux quatre coins du monde, de 43 nationalités, ils ne sont plus que trois pour cette finale qui promet d’être passionnante. Depuis une semaine, ils auront dirigé Appalachian Spring (la suite de Copland), des extraits de Carmen, avec quatre solistes renommés, du second concerto de Chopin, avec Philippe Cassard, l’enfant du pays, et rien moins que l’Ensemble Aedes dans la Messe en si mineur de Bach. L’Orchestre National de Lyon, après l’Orchestre Victor Hugo de Franche-Comté, s’y prête avec un engagement quasi amoureux, qui réjouit. Un concours complet, donc, qui permet d’apprécier chacune – elles étaient 44 femmes – et chacun dans toutes les configurations et dans des répertoires très larges. L’anglais Ben Glassberg fait l’unanimité Le jury, présidé par Leonard Slatkin, rassemble six autres personnalités, quatre chefs, la directrice d’une institution musicale, et Philippe Hersant, compositeur en résidence. Pas de critique… aurait-on oublié que Emile Vuillermoz avait fondé ce concours ? Qui nous fera croire que chaque membre du jury connaissait par le menu toutes les indications dynamiques si subtiles de Debussy, les mouvements notés par Johann Strauss ? Hormis Philippe Hersant, jugeant l’interprétation de sa création, même familier des œuvres, comment apprécier la probité des candidats sans partition ? Le seul critère serait-il la gestuelle et son effet ? Après ces remarques, revenons à l’essentiel : La palette expressive est très large, et aucun ne démérite. Ainsi, le Russe Ivan Demidov (26 ans) réussit-il le Jardin étoilé, particulièrement l’avant dernière séquence, qui sent son Janáček, Les Debussy sont un peu verts, dont on voit les coutures, mais le respect scrupuleux des infimes nuances est observé. Par contre, la direction outrée, bruyante, fruste et superficielle de Johann Strauss nous entraîne loin de Vienne. Le français Jordan Gudefin (28 ans), dont le métier est indiscutable, à la direction précise, a bien mémorisé l’œuvre de Hersant, suffisamment pour se concentrer sur ses musiciens. Les finales sont soignées, la douceur, l’énergie, la fébrilité sont bien là. Nuages, de Debussy, a de beaux modelés, mais les indications dynamiques (« sans retarder », « plus lent » « encore plus lent »…) sont ignorées ou dénaturées. Avec Fêtes et son crescendo, nous sommes heureux. L’ouverture de la Chauve-souris surprend et on ne comprend guère. Pourquoi avoir omis ce point d’orgue, qui, au terme de l’introduction, fait attendre l’envol de la valse ? Pourquoi ignorer nombre d’indications de la partition, dont l’ « allegro moderato » des polkas ? La recherche d’effets est gratuite, rendant indigeste cette pâtisserie viennoise. Enfin, Ben Glassberg (Grande Bretagne, 23 ans), avec une probité exemplaire et une direction en tous points parfaite, va nous ravir. Il se passe toujours quelque chose, dans une lecture à la fois très fine et construite. Cela chante, et pas seulement les admirables solistes, c’est à la fois souple, naturel et charpenté, coloré et fort. Poésie, fraîcheur, effusions violentes ou contenues, on oublie les références de Philippe Hersant (Debussy, Bartók, Janáček) pour découvrir une œuvre forte, personnelle. Les Debussy apparaissent évidents, lumineux. Le début du cortège de Fêtes est pris très piano, retenu, il autorise la plus belle des progressions. Du bonheur, qui se confirme avec Johann Strauss : une direction flamboyante, enjouée, du panache, de l’énergie, de l’insouciance et, toujours, du raffinement et de la légèreté. On est grisé. Même s’il est conséquent, l’enjeu financier (12 000 €) apparaît secondaire. Le lauréat va bénéficier maintenant d’un coaching de plusieurs mois pour accompagner sa carrière, d’engagements par des orchestres ou des institutions prestigieuses. Nul doute que nous le retrouvions dans les mois et années à venir comme un grand chef lyrique et symphonique. Besançon y aura été pour quelque chose. ———————– Compte rendu, concours, Besançon, 55ème Concours international de jeunes chefs d’orchestre, finale, le 16 septembre 2017, 16h, Théâtre Ledoux. Palmarès Besançon 2017 : Ben Glassberg, lauréat. Les 3 finalistes du CONCOURS de Besançon 2017 : le russe Ivan Demidov, 26 ans, le lauréat l’anglais Ben Glassberg, 23 ans et le français Jordan Gudefin, 28 ans (de gauche à droite) © Radio France / O. Chandioux

Carnets sur sol

Hier

Ce qu'il faut voir au concert, en Île-de-France, en octobre 2017

J'ai (très hypocritement) fait mine de ne pas penser à celui de septembre, mais voici tout de même celui d'octobre. Je propose un nouveau format : un fichier PDF qui contient toutes les dates relevées. Là encore, retours appréciés sur le caractère utilisable ou non de la chose. Il est généré automatiquement par le calendrier, je n'ai donc pas la possibilité de gérer tous ses paramètres. (Attention, les horaires sont souvent imaginaires, simplement utilisés pour classer visuellement…) Les symboles ne sont pas particulièrement parlants (§ pour dire que je suis intéressé mais occupé ailleurs, ** pour dire que j'ai des places, pas forcément pour moi et que je revends dans la moitié des cas…). Parmi les choses les plus intéressantes, voyez : 30 septembre – Mauillon (mais dans du Telemann et du Bach…), avec Alard ! 30 septembre – Tamagna, l'un des trois seuls contre-ténors actuels que je trouve intéressants, dans Purcell avec Dumestre ! 2 – Quintette de Hahn, Quatuor de Schulhoff ! 7 – Nuit du Quatuor, avec notamment le Quatuor de Durosoir au Musée de l'Orangerie ! (cf. brochure ) Attention, les autres années, la queue était telle qu'il fallait être en avance de plusieurs heures pour entrer, donc difficile de viser un concert précis, hélas. 10 – Début des représentations de Don Carlos en version française (pas intégrale, semble-t-il), à la sauce Warlikowski. 13 – Dionysiaques de Schmitt au CNSM. 14 – Les Funérailles de la Foire (avec des bouts de LULLY dedans). 14 – Symphonie avec orgue de Copland (+ Ginastera). 14 – Opéra pot-pourri de Niquet, avec des inédits (La Douée…) et des hits (enfers de Médée de Charpentier). Globalement de tendance assez ramiste – on peut encore l'écouter sur France Musique, captation de Montpellier. 14-20 – Suite de Doctor Atomic d'Adams, Dvořák 9 et du Fujikura par l'ONDIF à travers la région, ça va pulser ! 15 – Extraits de tragédies en musique à Saint-Maclou à Pontoise, dont le capital Scanderberg de La Motte, Francœur et F. Rebel ! 17 – Cours de chant public au CNSM 18 – Airs italiens par Blandine Staskiewicz. 18-21 – Cassandre de Jarrell , une véritable expérience (hélas à nouveau avec Fanny Ardant que je n'aime guère dans cet exercice). 20 – Bruckner 9 par Saraste et l'OPRF. 20 – Classe du CNSM préparée par Christie dans de grands Monteverdi. 24 – Masterclass de Stephan Genz au CNSM. 24 – Peri, Caccini et autres membres de la Camerata Bardi (Christie). 24 – Rares airs français savoureux par Marianne Crebassa. Bon appétit !






Jean-sébastien Bach
(1685 – 1750)

Johann Sebastian Bach (21 mars 1685 - 28 juillet 1750), en français Jean-Sébastien Bach, est un compositeur, organiste, claveciniste, violoniste et altiste allemand. Johann Sebastian Bach est considéré comme le plus grand compositeur du style baroque et comme l'un des plus importants de tous les temps. Compositeur de l'époque baroque dont il symbolise l'apogée, son influence est majeure et durable dans le développement de la musique occidentale. De grands compositeurs, tels que Mozart, Beethoven, Berlioz, Brahms, Wagner, etc., reconnaissent en lui un maître insurpassable. C'est un musicien complet qui maîtrise la facture des instruments, la technique instrumentale, la composition, l'improvisation, la pédagogie, et la gestion d'une institution musicale. Localement connu de son vivant comme organiste et improvisateur, sa musique est rapidement oubliée après son décès, car passée de mode. À de rares exceptions près, son œuvre est manuscrite et non publiée. Dispersée et en partie perdue, elle est redécouverte au xixe siècle et étudiée par les romantiques.



[+] Toute l'actualité (Jean-sébastien Bach)
21 sept.
Carnets sur sol
19 sept.
Le blog d'Olivier...
19 sept.
Le blog d'Olivier...
19 sept.
Resmusica.com
19 sept.
Le blog d'Olivier...
19 sept.
Sphère Wordpress
18 sept.
Classiquenews.com...
13 sept.
Sphère Wordpress
12 sept.
La lettre du musi...
8 sept.
Sphère Wordpress
7 sept.
Classiquenews.com...
6 sept.
Sphère Wordpress
6 sept.
Google Actualité ...
6 sept.
Google Actualité ...
6 sept.
Resmusica.com
5 sept.
Resmusica.com
4 sept.
Classiquenews.com...
4 sept.
Classiquenews.com...
2 sept.
Le blog d'Olivier...
2 sept.
Le blog d'Olivier...

Jean-sébastien Bach




Bach sur le net...



Jean-sébastien Bach »

Grands compositeurs de musique classique

Cantates Concerto Brandebourgeois Clavier Bien Tempéré Variations Goldberg Messes

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...