Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Jean-sébastien Bach

dimanche 24 juillet 2016


Classiquenews.com - Articles

19 juillet

Les Cyclopes, acteurs du Festival Musique et Mémoire, acte II

Classiquenews.com - Articles Haute-Saône, festival Musique et Mémoire. 20-24 juillet 2016. Les Cyclopes, acteurs du 2ème week end, ou Froberger en majesté… en 1 conférence et 6 concerts événements. Pour son 23ème cru, le festival Musique et Mémoire au Pays des Mille étangs en Haute-Saône, poursuit cette équation captivante de l’exploration baroque au cœur du territoire rural (en l’occurrence les Vôsges Saônoises). Pour les 400 ans du compositeur baroque, mort sur son territoire, le festival dirigé par Fabrice Creux célèbre en 8 programmes inédits, le génie de Johann Jacob Froberger (1616-1667), non sans raison : mort au château d’Héricourt (3 concerts ont lieu dans l’église d’Héricourt), Froberger fut une étoile musicale à l’échelle de l’Europe. Son élève et protectrice, la Princesse Sybille a témoigné de l’art de toucher le clavier d’un Froberger divin poète dont l’enjeu des programmes proposés par Musique et Mémoire en 2016, entend bien restituer la force, la subtilité, la finesse allusive : par son caractère suggestif et introspectif, Froberger fut le Chopin du XVIIè, établissant déjà ce rapport intimiste et presque secret entre l’interprète, son clavier, ses proches auditeurs… Qui fut réellement Froberger ? Quels sont les compositeurs dont il fut proche et dont il transmit l’art spécifique ? Le Festival Musique et Mémoire est le seul en France cet été à célébrer à juste titre le génie de Froberger et évoquer ses passionnantes affinités avec la musique française, le Stylus Fantasticus, Frescobaldi et Mathias Wackmann… Et pour servir ce nouveau cycle exceptionnel, en découvertes et révélations, Fabrice Creux invite un nouvel ensemble sur instruments d’époque, en résidence au Festival, Les Cyclopes. 1 – La vie secrète de Froberger Musicien, diplomate ? La conférence du mercredi 20 juillet met l’accent sur l’itinérance d’un compositeur et interprète du clavier parmi les plus doués de son temps, dont l’activité musicale pourrait avoir été doublée de missions diplomatiques et politiques pour l’Empereur Ferdinand III (qui a financé tous ses déplacements à travers l’Europe). De fait, ses séjours parfois longs depuis Vienne, en France, en Angleterre, en terres germaniques et en Italie, lui apportent les composantes d’un riche substrat esthétique dont il réalise une puissante et originale synthèse. Bibiane La pointe (clavecin) et Thierry Maeder (orgue), directeurs artistiques de l’ensemble Les Cyclopes, associent leurs talents musiciens pour ressusciter la figure de Froberger, dans un lieu même que le compositeur aurait pu connaître et même investir lors de son séjour ultime à Héricourt… Héricourt, église luthérienne, à 21h, réservations conseillées : 03 84 49 33 46. (Illustration : Portrait de l’Empereur Ferdinand III, protecteur de Froberger). 2 – Froberger en tête-à-tête Le jeudi 21 juillet, le duo Coloquintes (violon / viole de gambe) joue plusieurs transcriptions et pièces inédites témoignant de la richesse d’inspiration de Froberger, toutes regroupées dans le manuscrit de la bibliothèque de Wolfenbüttel, le Ludwig Partiturbuch qui collecte les Suites de Danses pour violon et viole de gambe d’un Froberger irrésistiblement inventif et original. Réservations obligatoires. MELISEY, Chœur Roman, 21h. (Ci dessus, portrait de l’Empereur Ferdinand III, protecteur de Froberger dont il aurait été diplomate)… Les 5 autres programmes sont d’autant plus exceptionnels qu’ils sont tous des créations / commandes du festival. 3 – A l’honneur de Madame Sibylle Vendredi 22 juillet 2016 Héricourt, église luthérienne, 21h Hommage à une mécène et amie… Les cas d’estime sincère et partagé sont finalement assez rares dans l’histoire musicale. A l’instar de Louis XIV et son cher Lully, plus tard de Handel et de la Reine Caroline, Froberger sut cultiver une exceptionnelle relation avec la Princesse Sybille de Wurtemberg (1620-1707), sa cadette et non moins patronne et élève, qu’il rencontre d’abord à Stuttgart puis rejoint à la fin de sa vie en son château d’Héricourt à partir de 1664. La princesse est croyante, douée pour le clavier et certainement compositrice elle-même dans la proximité de Froberger, son mentor et maître. En hommage, le musicien appelait les Trois Grâces de Wurtemberg, Sybille et ses deux sœurs. Dans les secrets d’une compréhension complice, Froberger dédie à Sybille plusieurs pièces pour elle seule. Quand son “cher, fidèle et zélé professeur” meurt à Héricourt en 1667, d’apoplexie, la Princesse Sibylle endeuillée invite tous ses amis de Montbéliard pour célébrer la mémoire de son maître et ami, au cours d’une célébration fastueuse. Les Cyclopes évoquent la relation du musicien et de sa mécène dans un programme inédit, création et commande du festival Musique et Mémoire, comprenant des œuvres de Böddeceker, Monteverdi, Capricornus, et évidemment Froberger dont les instrumentistes jouent “l’Allemande faite à l’honneur de Madame Sybille Duchesse de Wurtemberg”. Réservation conseillée. Répétition publique ouverte à 17h. Concert à 21h. 4 – Froberger à Rome Samedi 23 juillet 2016 Héricourt, église luthérienne, 15h. Froberger réalise deux séjours à Rome : 1637-1641 puis 1645-1649. Converti au catholicisme, le musicien grâce au soutien de l’Empereur Ferdinand III, rejoint Rome pour apprendre l’art du génie local : Girolamo Frescobaldi (1583-1643), alors à la fin de sa vie. L’élève apprend vite : Froberger maîtrise très vite l’art de la Toccata, le contrepoint à la manière frescobaldienne. Après la mort de Frescobaldi, Froberger prend soin de contribuer à la diffusion de sa musique, modèle du genre. Pendant son second séjour romain, Froberger recueille l’enseignement du jésuite et professeur au Collegium Germanicum, Athanasius Kircher dont le recueil essentiel pour le premier baroque européen, Musurgia universalis (1650) fixe les caractères du stylus fantasticus, manifeste musical dont les préceptes théoriques ont certainement bénéficié aussi des suggestions et recherches de Froberger. En témoigne la Fantasia ut-ré-mi-fa-sol-la, seule oeuvre de Froberger présente dans de Kircher. Le maître de chapelle de Saint-Apollinare à Rome, Carissimi a certainement croisé la route de Froberger dont l’oeuvre recueille une influence manifeste. En témoignent les deux Motets, révélations centrales du programme proposé par Les Cyclopes : Apparuerunt apostolis, et Alleliua absorpta est mors, seules partition de Johann Jacob, non destinées au clavier. Réservation conseillée. 5 – Abendmusiken à Hambourg Samedi 23 juillet 2016 Belfort, Temple saint-Jean, 21h Froberger et Weckmann. Avant les Telemann et CPE Bach, champions hambourgeois du plein XVIIIè piliers de l’activité musicale locale, la ville hanséatique favorise l’inspiration des compositeurs, ainsi Matthias Weckmann (1616-1674), qui fonde à Hambourg le collegium Musicum : le compositeur rencontre son exact contemporain Froberger (ils sont nés tous deux en 1616) à Dresde alors qu’à l’hiver 1649, Froberger était envoyé par Ferdinand III pour remettre une lettre au Prince électeur Georges Ier de Saxe. Virtuoses de clavier, doué pour la composition comme l’improvisation, Weckmann et Froberger ne devait plus interrompre leur relation, dont une abondante correspondance témoigne. Les deux s’influencent mutuellement et se transmettent les ferments d’une puissante et originale synthèse entre contrepoint savant germanique, style français, stylus fantasticus où virtuosité et introspection trouvent un idéal équilibre. Au programme de ce concert alliant l’orgue et les instruments de l’orchestre baroque Les Cyclopes, Sonates de Weckmann et Ferro, Pièces pour le clavier de Weckmann et Froberger (extraits des manuscrits de la Singakademie et Hintze). Rservation conseillée. 6 – Passer la mélancolie Dimanche 24 juillet 2016 Saint-Barthélémy, Eglise, 11h Le concert évoque le séjour de Froberger en Angleterre (1652-1653) autour de la pièce emblématique au titre poétique : “Plainte faite à Londres pour passer la mélancolie”… Sonates et pièces pour le clavier de Locke, Froberger, Gibbons (organiste), Thomas Baltzar (violoniste)… tous musiciens et compositeurs reliés à Oxford, dont Froberger fut proche du milieu musical (en particulier de Mathiew Locke (1621-1677). Aux Anglais, Froberger transmet le goût des français et de Frescobaldi… Réservation conseillée. 7 – 1653, RATISBONNE Dimanche 24 juillet 2016 Fresse, église Sainte-Antide, 17h La Diète d’Empire à Ratisbonne... musiques dynastiques et impériale. Pour le remercier de son indéfectible appui et protection, Froberger dédie en 1656, un recueil de nouvelles partitions à l’Empereur Ferdinand III : y figurent des pièces inspirées directement à ses aventures en Europe, durant ses nombreux déplacements. Froberger voyage sur les chemins et en mer, en Angleterre, pays germaniques, Pays-Bas, France, durant trois années où il vit le pire comme le plus exaltant : en 1653, il rejoint Ratisbonne où la famille impériale est présente pour la Diète d’Empire. Tous les princes influents sont représentés, en grande pompe et en fastueuse représentations musicales. En témoigne le recueil de 114 partitions, édité pour l’occasion et qui regroupe alors les meilleures manières germaniques : le Partiturbuch Ludwig. Au cours de la Diète de Ratisbonne de 1643, Ferdinand III fait ratifier la nomination de son fils comme son successeur (futur Ferdinand IV, Roi des romains) et aussi le couronnement de sa 3ème épouse Eléonore de Gonzague, comme impératrice. Mais le fils désigné, futur Ferdinand IV devait mourir de la variole à 21 ans, en juillet 1654. Le recueil dédié à l’Empereur en 1656 (Libro Quarto) évoque très précisément et de façon codifié, chacun des avatars et des péripéties de la famille impériale dont était proche Froberger. Pour évoquer l’écriture virtuose de Froberger et le goût musical impérial, Les cyclopes jouent les Pièces pour le clavier de Froberger (Libro Quarto, 1656) et plusieurs Sonates de Bertali, Valentini, Schmelzer, toutes déposées dans le fameux Partiturbuch Ludwig de 1653. Réservation conseillée. AGENDA 2ème week end du Festival Musique et Mémoire 2016 — les 20, 21, 22, 23 et 24 juillet 2016 Les Cyclopes 1 conférence – 6 programmes inédits 1- Mercredi 20 juillet 2016, Héricourt, église luthérienne, 21h Conférence : la vie secrète de Froberger 2- Jeudi 21 juillet 2016 Melisey, choeur roman, 21h Froberger en tête à tête Duo Coloquintes, Aparté 3- Vendredi 22 juillet 2016 Héricourt, église luthérienne A l’honneur de madame Sibylle 4- Samedi 23 juillet 2016 Héricourt, église luthérienne, 15h Froberger à Rome : Frescobaldi et Kircher 5- Samedi 23 juillet 2016 Belfort, Temple Saint-Jean, 21h Abendmusiken à Hambourg 6- Dimanche 24 juillet 2016 Saint-Barthélémy, église, 11h Plainte faite à Londres pour passer la mélancolie 7- Dimanche 24 juillet 2016 Fresse, église Sainte-Antide, 17h La Diète d’Empire INFOS, RESERVATIONS sur le site du Festival Musique et Mémoire BACH à Musique et Mémoire. Dernier week end : les 29, 30 et 31 juillet 2016, est dédié à Jean-Sébastien Bach. L’ensemble Alia Mens réalise ainsi 4 concerts événements dont le dernier à Lure (Création / commande du Festival, Eglise saint-Martin, 21h), permet d’écouter le Concerto Brandebourgeois IV, BWV 1049 et VI BWV 1051, le concerto pour violon et cordes BWV 1042, In dulci jubilo, Wir danken dir, Herr Jesu Christ… Un nouvel ensemble défenseur de JS Bach confirmera-t-il ainsi pour Musique et Mémoire ses affinités musicales ? Réponses les 29, 30 et 31 juillet prochains.

Resmusica.com

20 juillet

Le Festival de Radio France Montpellier sous le signe du voyage d’Orient

Montpellier, 11-VII-2016 : 18h : Le Corum, Opéra Berlioz. Johann Sebastian Bach (1685-1750) : Variations Goldberg. Beatrice Rana, piano. 21h : Le Corum, Opéra Berlioz. « Les mille et une nuits », Maurice Ravel (1875-1937) : Shéhérazade ; Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908) : Shéhérazade ; Carl Nielsen (1865-1931) : Aladin (extraits). Karine Deshayes, mezzo-soprano ; Lambert Wilson, récitant ; Orchestre national de Montpellier-Languedoc-Roussillon, Michael Schønwandt, direction. Montpellier, 12-VII-2016 : 12h30 : Le Corum, Salle Pasteur. « Musique argentine », Sandra Rumolino, chant, texte et arrangements ; Kevin Seddiki, guitares, zarb, arrangements et compositions. 16h : La Nef. « Locura & Tormenti, musique espagnole et musique italienne du XVIIe siècle », La Galanía (Raquel Andueza, soprano ; Pierre Pitzl, guitare baroque ; Jesús Fernández Baena, théorbe) ; 18h : Le Corum, Salle Pasteur. Jacques Offenbach (1819-1880) : Ba-Ta-Clan, chinoiserie musicale en un acte, livret de Ludovic Halévy, version de concert. Stéphanie Vernerin, soprano (Fé-an-nich-ton) ; Rémy Mathieu, ténor (Fé-ni-han) ; Enguerrand de Hys, ténor (Ké-ki-ka-ko) ; Jean-Gabriel Saint-Martin, baryton (Ko-ko-ri-ko) ; Anne Pagès-Boisset, piano, Jean-Christophe Keck, direction. 20h : Le Corum, Opéra Berlioz. Maurice Ravel (1875-1937) : Concerto pour piano et orchestre en sol majeur ; Hector Berlioz (1803-1869) : Symphonie Fantastique op. 14. Lucas Debargue, piano ; Orchestre national du Capitole de Toulouse, Andris Poga, direction.




Classiquenews.com - Articles

13 juillet

Les Cimes de Val d’Isère

VAL D’ISERE : Festival et Académie Les Cimes : 24 juillet – 7 août 2016. Rien de plus inspirant pour les instrumentistes, aguerris et apprentis, que l’air pur des cimes alpines (on sait ce que donne une telle équation dans les festivals Suisses à Verbier ou à Gstaad). Ainsi chaque été, Val d’Isère propose un cycle de concerts (récitals, duos, musique de chambre, programme symphonique…), à destination de tous les publics que la montagne séduit. Pour les musiciens, Les Cimes de Val d’Isère ne sont pas qu’un festival comme les autres ; c’est une Académie (cycle de masterclasses) où les jeunes professionnels apprennent le métier, se perfectionnent au contact des aînés. Le partage pour les festivaliers, la transmission pour les musiciens composent ici un cocktail électrisant qui produit des rencontres et des concerts pas comme les autres. Les expérimentés approfondissent leur propre technique en enseignant aux plus jeunes, les jeunes apprentis se familiarisent avec des oeuvres nouvelles et en grande formation ; car l’écoute et la concentration collective ne visent qu’un seul but : jouer ensemble et en public. A partir du 24 juillet et jusqu’au 7 août 2016, la station de Val d’Isère se met au diapason de la musique et du partage, offrant nombre d’événements dans l’église du village, au Centre des Congrès et d’autres sites de la Vallée… En accès libre, rencontres et échanges tout au long du Festival Académie permettent aux festivalier présents de suivre les progrès des jeunes musiciens, de suivre certains d’entre eux de sessions en sessions, de rencontrer de nombreux professionnels… Cette année, les artistes invités (qui sont pour la plupart les membres de l’équipe pédagogique) sont entre autres : Mireille Alcantara, Daniel Ottevaere (chant et opéra) ; les violonistes : Noëlle Barbereau, Sylvie Bonet, Philip Bride, Hélène Clement, Christine Cros, Anne Fabre, Ami Flammer… ; les altistes Gérard Caussé, Antonia Coste… ; les violoncellistes : Manuel Cartigny ou Michel Strauss ; et tant d’autres musiciens prêts à partager leur maîtrise technique et leur inspiration poétique jusqu’aux sommets. TEMPS FORTS A l’été 2016, Les Cimes de Val d’Isère accueillent le pianiste Thierry Rosbach, l’Orchestre symphonique de l’Opéra de Toulon, le chef d’orchestre Jean-Jacques Kantorow et le violoniste Ami Flammer… , sans omettre conférences, entretiens avec les personnalités du monde musical, mais aussi randonnées culturelles ou lunchs musicaux… Lundi 25 juillet 2016 / 21h, Église Récital de piano Thierry Rosbach interprète l’un des monuments pour clavier légué par l’âge baroque : les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach, originellement pour clavecin et pour tromper les nuits d’insomnies d’un riche mélomane. Soit 32 Variations d’une invention constante et d’une technicité progressive. Un vrai défi pour tous les instrumentistes et depuis Glenn Gould, légende canadienne du piano qui eut le premier l’idée de les enregistrer (1957), les pianistes désireux de se confronter sur un clavier moderne à la montagne conçu au XVIIIè par Bach. Du 27au 30 juillet 2016 / 21h, Centre des Congrès Le 28 juillet 2016, « Soirée prestige » Le Concerto pour violon et orchestre de Beethoven permet aux musiciens invités d’aborder l’un des piliers de la littérature romantique pour violon. Inspiration amoureuse, tendresse et fureur, mais aussi très haute technicité pour le soliste, le Concerto pour violon en ré majeur est écrit pour le virtuose Franz Clement qui en réalise la création à Vienne en décembre 1806. L’année est riche en rebondissement pour le compositeur, qui vit la chute de son opéra Fidelio, et se fiance secrètement avec Thérèse de Brunswick. C’est probablement dans le sillon de cet amour célébré en mai que Beethoven conçoit son concerto tel un poème de tendresse et d’amour. Les 3 mouvements (Allegro ma non trop, Larghetto, Rondo) aujourd’hui reconnus comme les volets d’un tout cohérent, suscitèrent pourtant à la création, une série de critiques fustigeant leur écriture désordonnée et confuse. Des reproches que notre sensibilité moderne ont balayé, soulignant dans le Concerto la force constructive et irrépressible du sentiment amoureux qui le structure. Concerto pour violon de L.W. van Beethoven Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon Jean-Jacques Kantorow, direction d’orchestre, Ami Flammer, violon Et aussi … Les vendredis et samedis 29 et 30 juillet, 5 et 6 août Concerts des académiciens À l’issue des classes de perfectionnement, les jeunes apprentis académiciens se produiront en journée et en soirée, à l’Église et au Centre des Congrès. Concerts de l’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon en extérieur L’Orchestre Symphonique de l’Opéra de Toulon investit la place de l’office du tourisme. Un concert plein air atypique dans un programme choisi pour l’occasion… Tous les jours classes de maîtres ou master classes publiques Tous les jours, dans différents lieux de la station : Centre des Congrès, église, salons d’hôtel… L’Académie ouvre les coulisses de plus d’une quinzaine de disciplines instrumentales : le public peut assister aux cours de perfectionnement dispensés par les artistes invités aux académiciens. Val d’Isère en juillet, résonnent au rythme des instrumentistes venus se perfectionner, partager, découvrir. Pour le plus grand plaisir du public présent dans la station cet été. RESERVEZ, ORGANISEZ votre séjour à Val d’ISERE en consultant le site de l’Office de Tourisme de Val d’Isère Tracez votre légende à Val d’Isère

La lettre du musicien (Comptes rendus)

13 juillet

Le pianiste François-Joël Thiollier ouvre les Nancyphonies

La14e édition du festival nancéien a commencé par un brillant concert de François-Joël Thiollier. Dans l’acoustique idéale de la salle Poirel, le pianiste franco-américain a interprété un programme hors des sentiers battus, intitulé De Bach au Blues.Dès la première partie du récital, consacrée à Bach et à ses contemporains français, Couperin et Rameau, le pianiste éblouit par sa technique sans faille. Dans un choix de quatre pièces pour clavecin de François Couperin (La Bandoline, Les Carillons de Cythère, Le Rossignol en Amour et Le Réveil-matin), et la Gavotte et ses six variations de la Suite en la mineur de Jean-Philippe Rameau, François-Joël Thiollier virevolte de note en note, en donnant à ces pièces légères un petit air de jazz rafraîchissant, tout en réussissant par son jeu percussif à imiter le tintement des cloches. Après l’Adagio élégiaque du Concerto en ré mineur d’Alessandro Marcello transcrit par Bach, de ce dernier il interprète également, avec noblesse, la Fantaisie en do mineur BWV 537 et la Pastorale en fa majeur BWV 590. Pièce pivot du programme, la transcription du Prélude de la Partita pour violon n°3 en mi majeur BWV 1006 de Bach par Rachmaninov conclut une première partie baroque. Après l’entracte, Rachmaninov revient avec ses Variations sur un thème de Corelli, opus 42. L’esprit baroque est encore présent. Le pianiste entre ici dans une démonstration de virtuosité qu’il poursuit dans Tempo di blues (Un Américain à Paris) de Gershwin, qui nous rappelle sa double culture franco-américaine ! La Valse de Ravel qui conclut le programme est, quant à elle, une réminiscence de la valse viennoise, qu’elle suggère pour mieux la détruire. La version pour piano seul, qui semble injouable, est une véritable déconstruction-destruction, sorte d’œuvre musicale cubiste. François-Joël Thiollier y est magistral dans l’évocation de la chute de l’empire austro-hongrois, berceau de la valse, qui conduira au cataclysme de la Première Guerre mondiale, suggéré par les derniers accords. (8 juillet)



Classiquenews.com - Articles

12 juillet

SUISSE : festival de GSTAAD, à partir du 14 juillet 2016

SUISSE : festival de GSTAAD, à partir du 14 juillet 2016. Premiers concerts à Gstaad en Suisse, les 14, 15, 16 juillet 2016. Le premier festival estival en Suisse, poursuit l’activité de Yehudi Menuhin, son fondateur, en accordant excellence des programmes défendus par des grands interprètes (solistes, chefs, orchestres) et transmission et programmes pédagogiques en direction des publics et des familles sans omettre les jeunes musiciens (car le festival est aussi une académie). Cette année, ouverture avec le piano à quatre mains des soeurs Katia et Marielle Labèque, le jeudi 14 juillet à 19h30 (église de Saanen : Tchaikovski, Schumann, Brahms, Gershwin… RESERVEZ . Puis vendredi 15 juillet à 19h30 (même lieu), Requiem de Mozart à la mémoire de Yehudi Menuhin, couplé avec deux oeuvres de JS Bach et Britten(Hymn to St Caecilia) – Paul McCreesh, Gabrieli Consort / repris samedi 16 juillet, mêmes heure et lieu. RESERVEZ Samedi 16 à 10h30 (Chapelle de Gstaad : récital de la jeune pianiste Danae Dörken « jeune étoile » du festival 2016 : Brahms, Janacek, Schubert)… RESERVEZ Festival de GSTAAD – GSTAAD Menuhin Festival & Academy, du 14 juillet au 3 septembre 2016. Tous les concerts, tous les artistes sur le site du festival de Gstaad 2016 LIRE aussi notre présentation complète du Festival avec l’entretien avec le directeur artistique Christoph Müller

Jean-sébastien Bach
(1685 – 1750)

Johann Sebastian Bach (21 mars 1685 - 28 juillet 1750), en français Jean-Sébastien Bach, est un compositeur, organiste, claveciniste, violoniste et altiste allemand. Johann Sebastian Bach est considéré comme le plus grand compositeur du style baroque et comme l'un des plus importants de tous les temps. Compositeur de l'époque baroque dont il symbolise l'apogée, son influence est majeure et durable dans le développement de la musique occidentale. De grands compositeurs, tels que Mozart, Beethoven, Berlioz, Brahms, Wagner, etc., reconnaissent en lui un maître insurpassable. C'est un musicien complet qui maîtrise la facture des instruments, la technique instrumentale, la composition, l'improvisation, la pédagogie, et la gestion d'une institution musicale. Localement connu de son vivant comme organiste et improvisateur, sa musique est rapidement oubliée après son décès, car passée de mode. À de rares exceptions près, son œuvre est manuscrite et non publiée. Dispersée et en partie perdue, elle est redécouverte au xixe siècle et étudiée par les romantiques.



[+] Toute l'actualité (Jean-sébastien Bach)
20 juil.
Resmusica.com
19 juil.
Classiquenews.com...
17 juil.
Google Actualité ...
17 juil.
Google Actualité ...
14 juil.
Resmusica.com
13 juil.
Classiquenews.com...
13 juil.
La lettre du musi...
12 juil.
Classiquenews.com...
11 juil.
Classique... mais...
10 juil.
Resmusica.com
9 juil.
Le blog d'Olivier...
9 juil.
Le blog d'Olivier...
9 juil.
Le blog d'Olivier...
9 juil.
Google Actualité ...
9 juil.
Google Actualité ...
7 juil.
Les bons plans de...
6 juil.
Classiquenews.com...
5 juil.
Classiquenews.com...
5 juil.
Classiquenews.com...
4 juil.
Classiquenews.com...

Jean-sébastien Bach




Bach sur le net...



Jean-sébastien Bach »

Grands compositeurs de musique classique

Cantates Concerto Brandebourgeois Clavier Bien Tempéré Variations Goldberg Messes

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...